Je pense, avec bien d?autres, que nous laissons passer nos chances de bonheur non parce qu?on ne le trouve pas, mais parce qu?on ne sait pas s?arrêter pour le savourer. Bien-être et mal-être dépendent largement de notre état d?esprit. Comme tout le monde, j?ai des états d?âme, qui dépendent du temps, d?une réflexion, d?une douleur ou d?une nuit agitée. Mais je sais, après quarante années de pratique de méditation et d?intérêt pour les choses de l?esprit, que je peux grandement influer sur mes humeurs. Aussi, j?aime beaucoup l?excellent livre, préfacé par Frédéric Lenoir, du leader spirituel du bouddhisme Drukpa, sa sainteté Gyalwa Dokhampa : Le bonheur est déjà là. De même que j?apprécie le nouvel opus de Jacques Salomé, J?ai encore quelques certitudes, qui défend, à travers des textes courts et puissants, la nécessité de garder un fort appétit de vivre. Il faut savoir tirer les leçons des épreuves et grandir avec elles. Il ne s?agit pas de vivre un bonheur irréaliste qui masque les fêlures de l?existence mais de libérer son esprit pour aller mieux, changer ses habitudes mentales, accepter pleinement ses peurs, se réconcilier avec ses émotions. Et lorsque nous nous sentons bien dans notre peau, nous faisons automatiquement du bien et contribuons à un monde meilleur. Je vous souhaite une belle fin d?automne et un bon choix dans ce Magazine. Certains ouvrages sont festifs : il faut, en effet, déjà penser aux cadeaux de fin d?année !

Ils disent comb

?Nous

sommes tous faits du même bois, d?un bois magnifique, sensible et fragile. D?un bois qui chante et qui souffre.

?

Christophe André 2

Interview

- Rencontre avec Christophe André Patrice van Eersel : Après Secrets de psys, pourquoi avoir réalisé un nouveau livre collectif ? Christophe André : Dans le premier, mes amis et moimême cherchions à reconnaître les points faibles sur lesquels chacun de nous avait à travailler (dépression, timidité, colère, etc.). Dans Les psys se confient, nous avons voulu raconter plus largement la façon dont nous nous étions construits, en tant que thérapeutes, et en tant qu?humains. C?est donc un approfondissement du livre précédent, fondé sur un constat que nous avons tous fait dans nos pratiques : c?est un atout que d?avoir été dépressif soi-même quand il s?agit d?aider quelqu?un à sortir de la dépression, d?avoir connu l?angoisse pour accompagner un anxieux, etc. Patrice van Eersel : Quelque part dans votre témoignage, vous dites : « Je suis fait du même bois que mes patients? » Christophe André : Bien sûr ! De cette façon, le psy ne se pose ni en juge ni en modèle, mais en personne ayant elle-même connu des problèmes, des souffrances, des manques. Cela dit, n?oublions pas que celui qu?il faut aider, c?est le patient, pas le psy ! Les moments où le thérapeute décide de parler de lui-même ? parce qu?il voit que son patient est en proie à un sentiment de solitude, qu?il a l?impression d?être seul au monde à avoir ces problèmes, qu?il se sent coupable, dévalorisé, pensant qu?il ne s?en sortira jamais ?, ces moments doivent être rares, minutieusement dosés et tournés vers l?autre. Patrice van Eersel : Pour les psychanalystes, parler de soi était le tabou suprême ! Christophe André : Oui, il était hors de question de sortir de la neutralité. Mais les temps ont changé. Ce que nous appelons aujourd?hui la « révélation de soi » s?inscrit dans un modèle beaucoup moins vertical, patriarcal, élitiste que du temps de Freud, et beaucoup plus collaboratif, empathique, fraternel. A un certain moment, le thérapeute sent que l?aide la plus puissante et la plus réconfortante pour son patient, est de lui dire : « Je sais ce que vous êtes en train de vivre, pour l?avoir moi-même vécu. Voilà dans quel état j?étais, ne vous découragez pas? » Créée par les thérapeutes humanistes américains, cette pratique obéit aujourd?hui à des règles précises et intéresse toutes les nouvelles psychothérapies. Patrice van Eersel : On sent une grande jubilation dans vos vingt-deux récits. Comment avez-vous procédé ? Par interview ? Christophe André : Non. J?ai rédigé mon témoignage en premier, pour amorcer la pompe et donner à mes amis une sorte de cahier des charges. Ensuite, chacun a librement écrit son propre texte, chacun dans son style et avec son tempérament. Certains se dévoilent énormément, d?autres sont plus réservés. Mais si vous lisez entre les lignes, tout est dit. Et tous ont pris un immense plaisir à faire ce travail.

Vous devez télécharger Flash Player


Vous devez télécharger au minimum la version de Flash Player 9

Cliquez ici

Adobe Flash Player Download Center